Archives de Tag: Marc Villard

Made in Taïwan, Marc Villard

Made in Taïwan, Marc VillardDans ces rues-là, dans ces vies-là, il y a si peu de place pour l’amour, pour l’amitié, si peu de douceur et de trottoirs ensoleillés, qu’il faut bien les remplir, ces rues-là, ces vies-là – de haine, de désespoir, de drogue, de manque, de meurtre. De tout ça, tu peux avoir, à profusion. Que tu sois môme ou strip-teaseuse, dealer ou mère au foyer, homme politique ou trompettiste, la vie n’est qu’une interminable chute. Ça se passe juste en bas, dans ta rue, dans ta vie.

Des nouvelles noires, oui. Des nouvelles des bas-fonds, au cas où tu ne serais pas au courant, au cas où tu tendrais l’oreille ailleurs. Pas de repos, pas de répit, la vie est moche, et il ne sert à rien de pleurer quand les contrats sont passés sur la tête de tes mômes, quand les femmes ne sont que de la barbaque, quand la drogue est la prison qui te sert de refuge. Et ceux qui se débattent ne font que s’enliser un peu plus, parce que c’est peut-être une mauvaise nouvelle, mais il vaut mieux que tu sois au courant: il n’y a pas d’issue heureuse. Seulement, parfois, des voies tangentes dont on ne sait trop où elles mènent.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas rencontré un auteur qui, à ce point, me sonne debout. Pas un mot de trop, pas un trémolo, pas un fléchissement dans cette voix claire qui constate mais qui s’implique, qui l’air de rien choisit son camp, son trottoir. Parce que ces vies sordides, ce sont des créations sociales, des calculs politiques.

Tu sais quoi? Même si cette société nous gangrène, je suis quand même heureuse de pouvoir y faire ces rencontres-là.